Femme masquée de Anne-Laure Thiéblemont

C’est une édition à titre posthume que nous livre les éditions Cohen Cohen avec ce beau roman de Anne-Laure Thiéblemont.

Les soeurs Lambert, Catherine (l’ainée) et Audrey, vivent dans un bel hôtel particulier légué par leur père et rempli d’oeuvres d’arts. Le vol d’un de ces tableaux particulièrement précieux, « Femme masquée » de Goya va déclencher un séisme familial. Pourquoi ce seul objet volé, il y en a tant d’autres de valeur ? Pourquoi Catherine refuse-t-elle de déclarer ce cambriolage à la police ? Et pourquoi toutes ces oeuvres ne sont elle pas assurées ? Audrey commence ses investigations. C’est un autre tableau, un petit paysage peint par Seurat qui va la mettre sur une piste bouleversante. Avec la découverte d’un numéro, qui sans nul doute, correspond à une référence d’inventaire nazi ! Quelle peut être la signification de cela ? Audrey doit absolument percé ce secret…

L’auteur, avec ce troisième polar, nous livre les dessous du trafic des oeuvres d’art spoliées par les nazis. Journaliste spécialisée dans l’art, Anne-Laure Thiéblemont a préalablement publié deux romans chez Liana Lévi. Le collectionneur (sur le trafic d’art précolombien) et La Mouche d’Alexandrie (autour de la photographie d’art).

L’avis de L’Express (8 mai 2019)

Publicités

OLGA de Bernhard Schlink

Nous sommes à la fin du 19ème siècle, l’intrigue se déroule dans l’empire allemand. A la rencontre de 2 mondes : une jeune fille orpheline et pauvre fait la connaissance du fils du châtelain local. Ils deviennent amis, à l’insu de tous, puis jeunes adultes, amants. Olga fait tout pour devenir institutrice tandis que Herbert rêve de grands espaces et d’aventures. Chacun projette son amour, ses espoirs et ses envies. La première guerre mondiale éclate et survient la suivante… L’auteur nous relate la vie d’Olga, sous différents angles. Tout d’abord le romancier transcrit ses cinquante premières années. Puis Ferdinand, le jeune fils d’une famille de pasteur pour laquelle Olga devient couturière, prend le relais. Il livre une autre facette de cette femme particulière, ses sentiments d’enfant puis d’adulte. Enfin, une dernière partie perce le mystère d’Olga.

Après le liseur Bernhard Schlink nous livre un nouveau beau roman. La vie d’une femme libre, à la fois en avance sur son temps et dans le respect des convenances. Une femme éprise de culture et de savoir, avide de le transmettre et d’éduquer les jeunes générations. Une femme sensible et déterminée qui traverse les grands moments de l’histoire de l’empire allemand puis de l’Allemagne.

Olga de Bernhard Schlink édité chez Gallimard . Entretien sur France Culture

Carnets de lectures, récents coups de coeur !

carnet de notes et de lectures
carnet de lectures avec 4 romans très différents

C’est un carnet personnalisé de lectures éclectiques que je vous livre ici. Des genres et écrivains très différents à découvrir !

« Nymphéas noirs » un polar de Michel Bussi. Immersion à Giverny, sur la trace des impressionnistes !

« Au commencement du septième jour » de Luc Lang. Un roman contemporain. Connaissons-nous nos proches ? Ou comment la vie de Thomas se transforme du jour au lendemain !

« Cox ou la course du temps » de Christoph Ransmayr. Transposition dans la chine du XVIIIe siècle avec ce grand roman. Le plus brillant des horlogers du monde occidental saura-t-il répondre à la demande de l’empereur despote ?

« Persuasion » de Jane Austen. Nul besoin de présenter cette écrivaine anglaise de la fin du XVIIIe siècle. A travers ce roman, elle nous exprime toujours aussi finement la nature humaine.  Avec Anne, son héroïne, elle brosse un fabuleux tableau de sentiments et caractères !

Carnet de lecture avec Karine Tuil

Découverte cette semaine de Karine Tuil, à travers 2 romans… à savourer si ce n’est déjà fait…

carnet de lecture Karine Tuil

Dans « Interdit », le héros, un vieil homme juif, survivant des camps de concentration, apprend à l’occasion de la préparation de son mariage qu’il souhaite religieux, qu’il n’est pas juif au sens de la loi de Moïse. C’est alors une remise en question complète de son existence. Est-il ou n’est-il pas juif ? Suffisamment pour avoir été mis au banc de la société et déporté durant la guerre mais plus pour aller sous le dais de la synagogue. Qu’est ce qu’être juif ? A quoi bon toutes ces règles de vie ? Une histoire douloureuse virant à l’absurde sous fond d’humour juif !

Dans « La Domination », le narrateur est une jeune femme écrivaine missionnée par son éditeur pour écrire un roman biographie sur son père, chirurgien engagé dans des causes humanitaires et d’origine juif. Cette tâche lui parait insurmontable, les traumatismes de son enfance et adolescence ressurgissent. Elle trouve un subterfuge pour essayer d’y parvenir, créant un personnage, celui du fils Adam, qu’elle a toujours rêvé d’être. Une histoire d’origine et de racines encore, bousculée par un secret de famille, des personnages ambigus…

Et pour découvrir les carnets personnalisés de notre marque préférée !

 

Règne animal de Jean-Baptiste Del Amo

règne animal folio

L’histoire d’une famille et de son exploitation agricole, dans un petit village du Gers… au vingtième siècle, suivie sur 5 générations. Un roman interpellant, dérangeant et très étonnant … à lire pour renouer avec le règne animal, la nature… dans toute sa splendeur et sa laideur aussi; Un roman pour humer, les senteurs des herbes dans les sous-bois, des saisons,  les odeurs de la ferme, des volailles, des porcs (ô combien présents…), des hommes, de la poudre… Un roman pour réveiller des souvenirs de campagne enfouis au fond de chacun;  Un roman pour saisir la fureur humaine, la folie, la boucherie (dans tous ses états) et l’horreur; Avec l’évolution économique, la production en masse qui bouleversent tout… la campagne, la répartition des terres, le rapport à la nature, les comportements…

A noter absolument dans votre carnet de lecture et à découvrir très vite !

« Règne animal » de Jean-Baptiste Del Amo édité chez Gallimard et chez Folio

 

Le Bal mécanique de Yannick Grannec

le bal mécanique de Yannick Grannec

Un très beau roman qui nous emporte de l’Illinois en 2015 au vieux continent au début du 20ème siècle. S’agit-il d’une saga ?

Quels rapports entre Josh, animateur d’une émission de téléréalité « déco/thérapie » Carl, peintre retraité à Saint Paul de Vence et Magda, étudiante à l’école du Bauhaus en Allemagne dans les années 1920 ?

L’écrivaine a dessiné des personnages de caractère forts et attachants qui ont tous en partage une passion pour l’Art et cotoient les plus grands artistes de leur époque. Une histoire à remonter le temps. Un roman en quête, pour mieux revenir au jour présent, sans toutefois révélé toutes les clés au final ! Avec une particularité à souligner : la sensibilité de l’auteur pour l’art s’illustre également en début de chaque chapitre avec la citation d’un tableau et d’un artiste… Un questionnement supplémentaire offert au lecteur !

Un livre paru aux Editions Anne Carrière

Les insouciants de Peter Behrens

les_insouciants Un roman attachant et poignant qui nous compte la petite et la grande histoire au travers de 2 personnages Billy et Karin et de leurs familles. De l’ile de Wight à l’Irlande, de l’Angleterre à l’Allemagne, Peter Behrens bascule son lecteur dans le temps, d’avant-guerre en entre deux guerre. Avec un effet de style intéressant, il nous entraine dans cette Europe en ébullition. De l’importance de l’origine, des classes sociales, des choix face à la montée du nazisme et des extrémismes… Un livre qui interpelle également par son actualité et laisse des traces !

Les Insouciants de Peter Behrens aux Editions Philippe Rey

Matière première de Raphaël Enthoven

matiere_premiere_raphael_enthoven
Matière Première de Raphaël Enthoven

Matière première est un recueil de courtes « chroniques philosophiques » sur des sujets divers de la vie quotidienne, chers à l’auteur. Le lecteur pourra apprécier la forme, le ton « billet d’humeur » et la vulgarisation de la pensée philosophique pour tout un chacun ! Cette approche, facile, peut également donner envie de se replonger dans la réflexion philosophique de nos grands penseurs. Un bémol sur la répétition de certains sujets tels le fumeur, la cigarette électronique et les « cabines fumeurs »  !

Pour en savoir plus sur Matière Première

Enregistrer

« Les gens » et « La Traversée » de Philippe Labro : deux très beaux moments de lecture !

Un grand homme toujours en action Monsieur Philippe Labro : grand reporter, journaliste présentateur, directeur de radio, réalisateur de longs métrages et aussi Ecrivain. C’est sous ses traits que je l’ai récemment découvert. Au travers de 2 œuvres qui m’ont totalement séduite.

les_gens_philippe_labro« Les gens » ? Ce sont notamment Maria, Caroline et Marcus, les trois personnages clés de ce roman. L’auteur nous dresse tour à tour l’histoire de chacun d’entre eux : une adolescente orpheline en marge de la société, une cadre supérieure trentenaire et un animateur de Show TV américain. Il nous dessine leur vie, leurs sentiments, nous livre leurs secrets, chacun dans son univers, entouré d’autres gens. Des destins parallèles parfaitement bien restitués avec une montée de suspens qui donne envie de tourner les pages… Le lecteur devine que ces personnages vont se rencontrer. Comment ? C’est là la magie du grand romancier. Au delà de l’intrigue qui est parfaitement bien menée, Philippe Labro dresse un portrait très réaliste de notre société contemporaine. Chargés de vécu et de ressenti, « les gens » est une analyse fine de notre société, de la solitude, du paraitre, du mal être, de l’absence d’amour….

la_traversee_philippe_labro« La Traversée » est dans un tout autre registre puisqu’il s’agit d’un livre témoignage de Philippe Labro sur sa maladie et plus précisément sur ses moments vécus en réanimation. Il nous raconte son expérience, l’approche de la mort, le combat mené pour se maintenir en vie. Il nous livre les pensées et images qui lui sont alors apparues. Un livre extraordinaire, avec des mots justement choisis, tout en pudeur, qui font du lecteur un compagnon de lutte contre la mort.

 

En savoir plus :  « Les Gens » lu par Yann Moixla Traversée aux éditions Gallimard

Enregistrer

Les Désorientés de Amin Maalouf

les_desorientes_amin_maalouf
Coup de cœur !

Un grand coup de cœur pour ce roman inspiré de la vie de l’auteur. Tout débute par un appel « de revoir ». Le narrateur est réveillé en pleine nuit. L’un de ses amis d’enfance est en train de mourir dans leur pays natal. L’auteur l’a quitté il y a des décennies, n’acceptant pas l’état de guerre permanente et se jurant de ne plus y revenir. Il décide cependant, sur le champ, d’y retourner, pour revoir une dernière fois cet ex-ami dont il ne voulait plus entendre parler. Réminiscence du passé… Que sont devenus leurs amis de jeunesse ? Est-il possible d’envisager de se retrouver, malgré les clivages et les cassures dues à la guerre ? Amin Maalouf questionne le lecteur sur l’acceptation, l’écoute et la compréhension de l’autre. Quid du jugement définitif qui ne laisse plus place au dialogue ? Un « roman » sensible dont le thème est plus que jamais d’actualité !